Enseigner les Sciences de la nature

logo ensl   Logo du ministère de l'éducation
logo CIRI logo Immuniser Lyon
logo LBMC logo Musée Mérieux
Logo Inserm igfl igfl logo CREATIS
Logo du Museum national des histoires naturelles
Logo du musée de Confluences
logo geo 3d
Logo de Lyon 1 logo lgltpe 
Logo du Museum national des histoires naturelles
Logo du musée de Confluences
logo LBMC
logo LBMC
logos composé logo COP In My City logo Investissement d'avenirLogo du musée de Confluences
logo Météo France Logo du musée de Confluences
logo EVSlogo Grand Lyon

Le point vernal

 
   

Sur Terre, deux fois par an, aux équinoxes, la durée d'un jour est égale à celle de la nuit. Le Soleil se lève alors exactement à l'Est pour se coucher à l'Ouest. Les astronomes de l'Antiquité ont pu identifier les équinoxes grâce à cette observation ; les équinoxes étaient de fait des phénomènes observables plus facilement identifiables que les solstices.

Pour certaines études astronomiques, il est commode d'imaginer que les étoiles sont fixées sur une sphère, la sphère celeste. Imaginons la Terre au centre de cette sphère céleste avec l'équateur céleste placé dans le même plan que l'équateur terrestre et les pôles célestes Nord et Sud en continuité avec les pôles terrestes. Dans ce référentiel géocentrique, le Soleil semble se déplacer sur cette sphère céleste. Son itinéraire est connu sous le nom d'écliptique. Actuellement, le plan de l'écliptique est incliné d'un angle de 23,5° par rapport à l'équateur terrestre (cet angle correspond à l'obliquité de l'axe de rotation de la Terre). Au printemps dans l'hémisphère Nord, l'écliptique coupe l'équateur céleste alors que le Soleil se dirige vers le Nord : c'est l'équinoxe de printemps. Pendant l'été, le Soleil reste au Nord de l'équateur céleste et poursuit son chemin. Lorsqu'il traverse à nouveau l'équateur céleste, le jour et la nuit sont égaux en durée : c'est l'equinoxe d'automne.

Le point vernal (noté gamma γ) est l'un des deux points de la sphère céleste où l'équateur celeste et l'écliptique se croisent. Précisément, ce point est défini par la position du Soleil sur la sphère céleste au moment de l'équinoxe de printemps dans l'hémisphère Nord.

 sphereceleste.jpg

 

Le point vernal joue un rôle équivalent à celui de Greenwich pour la Terre. Grâce à lui, on peut mesurer la position d'une étoile quelconque par rapport à la Terre. C'est l'origine des ascensions droites et des longitudes écliptiques (longitude du Soleil dans le référentiel géocentrique).

Les astronomes utilisent le terme d'ascension droite (A.D.) pour l'équivalent céleste de la longitude et expriment leurs mesures (qui sont faites exclusivement vers l'Est) en heure, minutes, secondes au lieu des degrés. Sur le schéma, l'étoile a donc une ascension droite de 90° soit 06 heures 00 minutes et 00 secondes. L'équivalent astronomique de la latitude est appelé déclinaison. Elle est mesurée en degrés et fraction de degrés : minute d'arc, seconde d'arc (1 minute d'arc = 1/60 de degré). Sur le schéma, l'étoile a une déclinaison de + 45° (le + signifie que l'étoile se trouve au nord de l'équateur céleste.


 

sphere_terreste.jpg

Repérage d'un point du globe terrestre :

New York : LATITUDE = 41°N et longitude = 74°O

A la différence des géographes, les astronomes ont toutefois une difficulté. Contrairement à Greenwich, le point vernal n'est pas fixe. Dans l'Antiquité, ce point se trouvait dans la constellation du Bélier. Le signe gamma serait en fait un symbole du Bélier. Ce point porte encore le nom de "premier point du Bélier" bien que ce point se déplace lentement le long de l'écliptique. C'est l'astronome Hipparque vers -130 av J.C qui a mis en évidence le premier ce déplacement. Il a appelé ce mouvement "la précession des équinoxes".

Le point vernal est actuellement situé dans la constellation des Poissons ;  il y est entré vers -60 av. J.C et en ressortira vers 2600 pour entrer dans la constellation du Verseau.

fleche_tourne.gif Retour