Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Plateforme - ACCES
Navigation

Enseigner les Sciences de la nature

logo ensl   Logo du ministère de l'éducation
logo CIRI logo Immuniser Lyon
logo LBMC logo Musée Mérieux
Logo Inserm igfl igfl logo CREATIS
Logo du Museum national des histoires naturelles
Logo du musée de Confluences
logo geo 3d
Logo de Lyon 1 logo lgltpe 
Logo du Museum national des histoires naturelles
Logo du musée de Confluences
logo LBMC
logo LBMC
logos composé logo COP In My City logo Investissement d'avenirLogo du musée de Confluences
logo Météo France Logo du musée de Confluences
logo EVSlogo Grand Lyon
logo UDL
Logo Auvergne-Rhone-Alpes
logo UNISCIEL
Vous êtes ici : Accueil / Thématiques / Neurosciences / Glossaire

Glossaire

Par Vutheany LOCH Dernière modification 15/04/2019 14:13

 Bâtonnet
Cellule photosensible de la rétine, qui en compte environ 100 millions. Capables de réagir à de très faibles intensités lumineuses, mais en revanche vite saturés quand la luminosité augmente, les bâtonnets assurent la vision nocturne.
 Binasal(e)
Qualifie une hémianopsie (amputation du champ visuel) qui affecte la moitié interne du champ visuel des deux yeux.
 Bitemporal(e)
Qualifie une hémianopsie (amputation du champ visuel) qui affecte la moitié externe du champ visuel des deux yeux.
 Bubbles
Instrument qui ne laisse voir aléatoirement que certaines portions très réduites de visages tout en tenant compte des diverses fréquences avec lesquelles notre œil perçoit une image.
 Campimètre
Instrument destiné à mesurer l'étendue du champ visuel, constitué d'un tableau noir sur lequel se déplacent des index blancs. Voir "Exploration du champ visuel".
 Campimétrie
Exploration des zones moyenne et centrale du champ visuel, permettant surtout la mise en évidence des scotomes (lacunes dans le champ visuel) centraux et paracentraux. Voir "Exploration du champ visuel".
 Cataracte
Opacification du cristallin.
 Cécité
Etat d'une personne aveugle. Dans le sens réglementaire français, on parle de cécité lorsque l'acuité visuelle est inférieure à 1/20, ou lorsque le champ visuel est inférieur à 10° (quelle que soit alors l'acuité visuelle).
 Cerveau
Centre de coordination du système nerveux, le cerveau est chez l'Homme constitué de 1000 milliards de cellules, dont 100 milliards de neurones. Il est entouré par des tissus protecteurs, les méninges, et protégé par la boîte crânienne.
Le cerveau comprend notamment deux hémisphèrescérébraux, droit et gauche. Leur surface externe, le cortex, est constituée de susbtance grise, plissée en de nombreuses circonvolutions cérébrales.
On distingue cinq lobes dans les hémisphères cérébraux : frontal, pariétal, temporal, occipital et insulaire (caché au fond de la "vallée sylvienne".
 Champ visuel
Le champ visuel d'un œil est la projection de l'ensemble des points de l'espace vus par un œil immobile, fixant droit devant lui, tête immobile. On décrit un champ visuel par œil.
Le champ visuel binoculaire est la superposition des champs visuels des deux yeux.
Le champ du regard est la projection de l'ensemble des points de l'espace vus par un œil mobile, la tête étant immobile.
 Chiasma optique
Localisé juste en avant de l'hypophyse sur le trajet des nerfs optiques, le "chiasma optique", en forme de X, correspond au croisement de certaines fibres nerveuses des nerfs optiques droit et gauche : les fibres issues de la partie nasale de chaque rétine se croisent, mais ce n'est pas le cas de celles des parties temporales.
 Choroïde
Située entre la sclérotique et la rétine, la choroïde est une couche richement vascularisée qui assure la nutrition de l'iris et de la rétine. Elle contient de nombreux pigments foncés qui font que l'intérieur de l'œil, visible à travers la pupille, est noir.
 Cône
Cellule photosensible de la rétine (qui en compte 7 millions). Les cônes fonctionnent uniquement quand l'intensité lumineuse est supérieure à un certain seuil. Au-dessous de ce seuil, d'autres cellules photosensibles entrent en jeu, les bâtonnets. Il existe trois types de cônes, sensibles chacun à une gamme de longueurs d'ondes dans le visible (rouge, vert, bleu).
 Cône
Cellule photosensible de la rétine (qui en compte 7 millions). Les cônes fonctionnent uniquement quand l'intensité lumineuse est supérieure à un certain seuil. Au-dessous de ce seuil, d'autres cellules photosensibles entrent en jeu, les bâtonnets. Il existe trois types de cônes, sensibles chacun à une gamme de longueurs d'ondes dans le visible (rouge, vert, bleu).
 Conjonctive
Fine membrane transparente qui couvre le devant de l'œil et se replie pour tapisser l'intérieur des paupières.
 Consolidation
Enregistrement d'une trace mnésique encodée; la répétition du souvenir favorise la consolidation.
 Controlatéral(e)
Du côté opposé.
 Cornée
Membrane transparente à travers laquelle la lumière pénètre dans l'œil.
 Corps ciliaires
Localisés à la jonction entre choroïde et iris, les corps ciliaires sécrètent l’humeur aqueuse.
 Corps vitré
Substance gélatineuse qui remplit le compartiment postérieur de l'œil, c’est-à-dire la cavité en arrière de l’iris.

(HE x 640) CV : corps vitré Histologie fonctionnelle - Manuel et atlas, PR Wheater, HG Burkitt, VG Daniels, MEDSI ed. 1979.
 Cortex associatif
Réseaux de neurones réalisant les associations sensorielles entre informations corticales primaires.
 Cortex cérébral
Partie superficielle du cerveau formé par de la substance grise. On distingue six couches de neurones superposées, qui forment différentes aires spécialisées dans des fonctions bien précises. Le cortex cérébral mesure 5 mm d'épaisseur et développe une surface de 2000-2500 cm2 (grâce aux nombreuses circonvolutions cérébrales). Il contient 100 milliards de neurones.
 Cortex pariétal
Cortex du lobe pariétal.
 Cortex primaire
Zone du cortex de projection des neurones issus des organes sensoriels.
 Cristallin
Localisé en arrière de la pupille, le cristallin est une "lentille" dont la courbure variable et contrôlée par des muscles permet la focalisation et la mise au point.
 Décibel ou dB
L'équipe de Graham Bell cherchait une fonction qui, comme les sensations de l'homme, varie peu quand la variable (le stimulus) varie beaucoup, pour pouvoir en particulier évaluer l'audition. C'est le cas de toutes les fonctions logarithmes, en particulier le logarithme décimal. Pour comparer deux sensations (S) on prend le logarithme du rapport des puissances des stimuli (P) entraînant les deux sensations. L'écart de sensation, en Bel, est S2/S1= log P1/P2), ce qui donne en dB =10. log P1/P2). Si on utilise le logarithme népérien, l'écart de sensation se mesure en Népers.
 Dégénérescence maculaire
Dégénérescence de la région centrale de la rétine, appelée macula.
 Démence
Du latin demantia qui signifie raison.
En psychiatrie, ce terme a un sens très précis. Il s’applique à diverses pathologies mentales ayant entre elles les points communs suivants :

- une diminution des capacités intellectuelles et des perturbations de l’affectivité
- une évolution chronique des troubles avec parfois stabilisation mais sans régression spontanée
- l’existence de lésions anatomiques cérébrales dont l’origine et la localisation peuvent permettre de distinguer plusieurs types d’états démentiels :
- la démence sénile dont l’installation est progressive marquée par des troubles de la mémoire et associés souvent à une modification du caractère.
- la démence artériopathique qui apparaît plus précocement en particulier chez les sujets présentant des troubles de la circulation sanguine et chez les diabétiques.
- les démences préséniles caractérisé par la triade aphasie-apraxie-agnosie et des troubles mnésiques et qui résulte d’une atrophie située au niveau des cortex associatifs. La démence de type Alzheimer et la démence de type Pick représentent environ 80% de cette entité dégénérative. inscrivent également
- les démences liées à des affections génétiques telle que la chorée de Huntington.
- les démences post-traumatiques : consécutives par exemple à des hématomes méningés ou même à des anoxies cérébrales dues à des infarctus ou des asphyxies.
- les démences toxiques qui résultent de l’intoxication au monoxyde de carbone, à certains métaux lourds mais plus fréquemment à l’alcoolisme.
- démences à étiologie infectieuse  dues à des séquelles de méningite ou de méningo-encéphalites bactériennes ou virales.
 Deutéranopie
Non perception de la couleur verte. Voir : dyschromatopsie.
 Diagramme CIE
Les différentes fréquences sont représentés par uen combinaison de vecteurs R, V et B