Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Plateforme - ACCES
Navigation

Enseigner les Sciences de la nature

logo ensl   Logo du ministère de l'éducation
logo CIRI logo Immuniser Lyon
logo LBMC logo Musée Mérieux
Logo Inserm igfl igfl logo CREATIS
Logo du Museum national des histoires naturelles
Logo du musée de Confluences
logo geo 3d
Logo de Lyon 1 logo lgltpe 
Logo du Museum national des histoires naturelles
Logo du musée de Confluences
logo LBMC
logo LBMC
logos composé logo COP In My City logo Investissement d'avenirLogo du musée de Confluences
logo Météo France Logo du musée de Confluences
logo EVSlogo Grand Lyon
logo UDL
Logo Auvergne-Rhone-Alpes
logo UNISCIEL
Vous êtes ici : Accueil / Thématiques / Météo, climats et paléoclimats / Systèmes climatiques / Pollution de l'air / synthèse / Influence sur la santé / Impact sur les risques de maladies cardio-vasculaires

Impact sur les risques de maladies cardio-vasculaires

Par depeyre — Dernière modification 13/11/2015 15:41
Il s'agit d'un phénomène bien identifié, lié à l'accroissement du taux de carboxy-hémoglobine qui au delà de 4 à 10 % (selon les études) provoquent des troubles cardiaques additionnels.

Mise à jour 14/08/2001

 

Les études lyonnaise et parisienne

Ces études ont été réalisées dans le cadre du projet APHEA (Air Pollution & Health) pour estimer le nombre moyen de décés attribuables a une pollution de type acido-particulaire.

Le recueil des données et la méthode d'analyse ont suivi un protocole d'étude standardisé. Les données météorologiques ( T moy, humidité relative) ont été fournies par Météo France. Enfin, on a pris en compte les risques d'épidémie grippale.

Le Laboratoire d'Hygiène de la villede Lyon et l'INSERM ont fourni les données. Seuls les décés pour cause respiratoire ou cardio-vasculaire concernant des personnes domiciliées dans la zone d'étude et survenant dans celle-ci, ont été pris en compte. Enfin l'analyse statistique a été réalisée à partir d'une régression de Poisson.

Contexte lyonnais et parisien de l'étude.

 Villes  Saisons  Particules
(moy-24h) en µg/m3
 SO2
(moy-24h) (µg/m3)
 Températures ( en °C)  Humidité relative (%)
 Lyon  hiver

été

hiver + été

 44,3 (27,6)

31,6 (17,2)

38,0 (23,8)

 59,7 (40,4)

34,4 (18,3)

46,8 (33,6)

 7,9 (-13,9/24,1)

15,5 (0,1/28,8)

11,7 (-13,9/28,8)

 80,7

69,3

74,9

 Paris  hiver

été

hiver + été

 38,6 (25,1)

24,7 (12,9)

31,6 (21,1)

 39,3 (30,3)

21 (11,1)

30,1 (24,6)

 7,6 (-10,6/19,4)

16,7 (3,2/30)

12,2 (6,5/NC)

 81,8

69,1

75,5

L'étude a porté sur 490.000 habitants à Lyon et sur 6.140.512 en région parisienne ( dpt 75,92, 93, 94).

On constate que les teneurs en polluants ne sont pas les mêmes. A Paris l'essentiel de la pollution atmosphérique est due au trafic automobile, au chauffage et aux activités industrielles. A Lyon, la pollution soufrée est plus élevée à cause d'un important pôle d'industries chimiques. Toutefois la pollution particulaire est comparable.

Vous pouvez obtenir les indices de qualités de l'air de votre région dans les journaux quotidiens ou sur le site de l'ADEME.

Qualité de l'air en Savoie durant février 2000

 polluants
(µg/m3)
 Chambéry  St Jean de Mne  Annecy  Annemasse  Chamonix  Niveau tolérable
 SO2  15  58  10  8  27  100
 PS  35  29  37  22  24  100
 NO2  82  59  87  68  62  135
 O3  32  31  41  66  45  130

Ce tableau nous montre par exemple, le caractère industriel de la vallée de la Maurienne avec de nombreuses usines produisant des amides, de l'aluminium, etc.