Enseigner les Sciences de la nature

logo ensl   Logo du ministère de l'éducation
logo CIRI logo Immuniser Lyon
logo LBMC logo Musée Mérieux
Logo Inserm igfl igfl logo CREATIS
Logo du Museum national des histoires naturelles
Logo du musée de Confluences
logo geo 3d
Logo de Lyon 1 logo lgltpe 
Logo du Museum national des histoires naturelles
Logo du musée de Confluences
logo LBMC
logo LBMC
logos composé logo COP In My City logo Investissement d'avenirLogo du musée de Confluences
logo Météo France Logo du musée de Confluences
logo EVSlogo Grand Lyon
Vous êtes ici : Accueil / Thématiques / Biodiversité / Accompagnement pédagogique / Accompagnement au Lycée / Pomme et verger / Verger d'antan et d'aujourd'hui

Verger d'antan et d'aujourd'hui

Evolution des agrosystèmes particuliers que sont les vergers ces espaces d'arboriculture fruitière.

  Dossier proposé par Pascale Naim.

Un agrosystème : le verger de pommiers.

a. Le verger d’antan : un agrosystème à production limitée

 http://mapassionduverger.fr/wp-content/uploads/2014/01/249b6df2702742ca96601ac7fcd9ddb0.jpg

 C'est un verger  de "haute tige" ou "verger de plein vent"

  • Le porte greffe est un sujet vigoureux, à forte croissance ( 2 m haut) issu de semis.
  • Densité : une centaine d’arbres à l’hectare. Plusieurs espèces pommiers, pruniers, poiriers…
  • Les arbres fruitiers sont plantés sur des prairies destinées, soit, à la production de foin (verger sur prairie de fauche), soit, à un pâturage modéré, de type extensif (verger sur prairie pâturée).
  • La Biodiversité associée est importante; c'est un milieu vital pour de nombreuses espèces animales (tronc, écorce, branches, feuilles, prés).
  • Production de fruits pendant une longue période ≥50 ans. Interventions sur la parcelle pour favoriser la production en contrôlant la biocénose ((limitation des pertes liées aux interactions des différents organismes) et le biotope (facteurs du sol).

 

 

 

b.Le verger d’aujourd’hui : un agrosystème à production intensive

Un agroécosystème présente plusieurs composantes de biodiversité qui se distinguent selon leur rôle dans le fonctionnement du système de culture.

  • La composante productive : cultures, arbres et animaux choisis par les agriculteurs qui jouent un rôle déterminant dans la diversité et complexité de l’agroécosystème.
  • La composante ressource : aussi appelée biodiversité fonctionnelle, elle représente les organismes participant à la réalisation de services éco-systémiques d’intérêt agronomique en contribuant à la productivité de l’agroécosystème, comme la pollinisation, la régulation de ravageurs, la décomposition, etc.
  • La composante destructive : les adventices, les insectes ravageurs, les pathogènes microbiens, etc, que les agriculteurs cherchent à réduire grâce aux pratiques culturales.                   Extrait de Swift et al (2004)


Au sein d’un agroécosystème tel que le verger de pommiers, de nombreuses fonctions et de nombreux groupes fonctionnels interviennent dans la réalisation de services d’intérêt agronomique.

 C'est un verger  de "basse tige" ou "verger intensif "

 

  • Le porte greffe est un sujet à croissance lente ( 0,6 à 0,8 m haut).
  • Densité : entre 500 et 5 000 arbres à l’hectare.
  • Pas de double utilisation des sols possible, entretien très important pour réduire le réservoir d'inoculum de la tavelure, par un travail du sol permettant une meilleure destruction des feuilles.
  • Biodiversité associée très faible = milieu intéressant pour un nombre très restreint d’espèces.
  • Remplacement des arbres après 10 à 15 ans. Mode d’exploitation monoculture obligeant l’emploi de techniques artificielles pour lutter contre les maladies (environ 35 traitements annuels).
       Biocénose de l’agrosystème verger         

 

   

  •  Quelques ravageurs :

            

  la larve du carpocapse. Poster INRA.      Le puceron cendré. Cycle de vie.
 

  •  Une maladie : la tavelure.

Causée par le champignon Venturia inaequalis, elle est l’une des principales maladies du pommier et rend les pommes impropres à la commercialisation. Les principales variétés commerciales de pommier sont sensibles à la tavelure. Les traitements phytosanitaires de lutte contre cette maladie représentent un coût économique et environnemental important.
 

 

D’après http://inra-dam-front-resources-cdn.brainsonic.com/ressources/afile/236031-eab8d-resource-la-tavelure-du-pommier.html