Enseigner les Sciences de la nature

logo ensl   Logo du ministère de l'éducation
logo CIRI logo Immuniser Lyon
logo LBMC logo Musée Mérieux
Logo Inserm igfl igfl logo CREATIS
Logo du Museum national des histoires naturelles
Logo du musée de Confluences
logo geo 3d
Logo de Lyon 1 logo lgltpe 
Logo du Museum national des histoires naturelles
Logo du musée de Confluences
logo LBMC
logo LBMC
logos composé logo COP In My City logo Investissement d'avenirLogo du musée de Confluences
logo Météo France Logo du musée de Confluences
logo EVSlogo Grand Lyon

Les Basidiomycètes ou Basidiomycota

Quelques caractéristiques majeures concernant le groupe des Basidiomycètes
  • Les Basidiomycètes (Basidiomycota) sont des champignons produisant leurs méiospores (spores issues d'une reproduction de type sexué) à l'extérieur de la cellule fertile, nommée baside (car cette dernière est située à la base des méiospores généralement regroupées par 4).

Baside et basidiospores

  • Cellule dite "fertile" puisque c'est elle qui est à l'origine des éléments reproducteurs, les méiospores, qui seront donc ici également appelées basidiospores. Les basidiospores sont ainsi formées à l'extrémité d'une baside ayant le plus souvent une forme dite "en massue".
  • Cette baside n'est autre que la cellule oeuf issue de la fécondation (plus exactement la caryogamie) qui s'est immédiatement engagée dans la méiose et - en outre - s'est différenciée en une structure facilitant le détachement et donc la dispersion des spores lorsque celles-ci seront arrivées à maturité.

 

  • L'essentiel des "champignons" que nous voyons (les macromycètes, champignons à "pied et chapeau", angl. "mushrooms") appartient au groupe des Basidiomycètes [très grossièrement les basidiomycètes représentent près de 90% des macrochampignons alors qu'ils sont minoritaires parmi l'ensemble des espèces de champignons où les ascomycètes sont bien plus nombreux]. Les basidiospores s'observent par millions sur les faces des lamelles, tubes, etc. que l'on trouve sous le "chapeau".
  • Ce groupe comporte aussi de nombreuses espèces pathogènes pour les végétaux (les "rouilles", angl. rust et les "charbons", angl. smut), pour les animaux et pour l'humain. Il comprend parmi celles-ci quelques rares espèces unicellulaires (donc des levures, par exemple les Cryptococcus).
  • Pour aller plus loin, cgdc3.igmors.u-psud.fr/microbiologie/partie1/chap3_07_basidiomycota.htm

(lien fonctionnel en novembre 2014)