Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Plateforme - ACCES
Navigation

Enseigner les Sciences de la nature

logo ensl   Logo du ministère de l'éducation
logo CIRI logo Immuniser Lyon
logo LBMC logo Musée Mérieux
Logo Inserm igfl igfl logo CREATIS
Logo du Museum national des histoires naturelles
Logo du musée de Confluences
logo geo 3d
Logo de Lyon 1 logo lgltpe 
Logo du Museum national des histoires naturelles
Logo du musée de Confluences
logo LBMC
logo LBMC
logos composé logo COP In My City logo Investissement d'avenirLogo du musée de Confluences
logo Météo France Logo du musée de Confluences
logo EVSlogo Grand Lyon
logo UDL
Logo Auvergne-Rhone-Alpes
logo UNISCIEL
Vous êtes ici : Accueil / Thématiques / Météo, climats et paléoclimats / Systèmes climatiques / Pollution de l'air / synthèse / Influence sur la santé / Baisse des émissions de polluants et mortalité

Baisse des émissions de polluants et mortalité

Par depeyre — Dernière modification 13/11/2015 15:41
Les sources de PS et de SO2 sont variées. Les émissions de SO2 ont beaucoup baissées depuis 20 ans avec l'utilisation de combustibles moins polluants (GPL, fiouls à basse teneur en soufre, électricité) et l'installation de dispositifs d'épuration.

Mise à jour 14/08/2001

 

minSO2.jpg

  

Par contre pour les PS, la baisse est plus modeste en raison du développement ininterrompu des transports automobiles avec comme particularité française, une forte proportion de véhicules diesel qui produisent beaucoup plus de poussières très fines dont la toxicitè est associée à une vaste gamme d'effets biologiques et climatiques.

 

En considérant la baisse des émissions soufrées, on peut calculer le nombre de décés évitables.

Nombre de décés prématurés cardio-vasculaires et respiratoires
évitables à Lyon et à Paris

 réduction en % du niveau moyen annuel de SO2  -5%  -10 %  -15 %  -20 %  -25 %  -30 %  -40 %  -50 %
 Lyon

Décés cardio-vasculaires

Décés respiratoires

2,4

0,4

4,8

0,8

7,2

1,1

9,6

1,5

12,0

1,9

14,4

2,3

19,3

3,0

24,2

3,8

 Paris

Décés cardio-vasculaires

Décés respiratoires

17,4

2,8

34,9

5,7

52,3

8,5

69,8

11,3

87,3

14,2

104,9

17,0

140,0

22,7

195,2

28,4

Malgré un impact faible de la pollution atmosphérique sur la santé, le nombre de décés prématurés n'est pas négligeable car c'est l'ensemble de la population urbaine qui y est exposé. On ne peut pas parler d'effet seuil car il faut définir un niveau à partir duquel il faut agir. Cette action nécessite une réponse politique où l'ensemble des aspects administratifs, économiques et sociaux sont pris en compte. Cette réponse ne doit pas être uniquement technique.

Il ne faut pas oublier que les soins et les hospitalisations liés à ces affections ont un coût.